Avez-vous pensé à faire stériliser votre chat(te) ?

Comme tous les ans, des centaines de chatons naissent partout. Beaucoup se retrouveront euthanasiés en fourrière. On les adopte pour de multiples raisons... comme celle de nourrir son reptile. Soyez vigilants à l'égard des personnes qui se manifesteront !

Hélas, nous sommes très bien placés pour parler de ce que deviennent les craquants chatons.

Le plus beau cadeau que vous puissiez faire à votre minette, c'est de la stériliser, car les portées réduisent l'espérance de vie des femelles. Quant aux chats mâles, leur castration leur évite d'être contaminés par le virus du sida (FIV), consécutif aux bagarres violentes des mâles en âge de procréer.

Faites appel à une association comme la nôtre si vous avez besoin d'être aidés.


L'AVIS D'UN VETERINAIRE

Pour une chienne ou une chatte, avoir des petits n'a aucun intérêt sur le plan psychologique, car cela ne correspond pas à un besoin.
Et cela ne lui évite pas des problèmes de santé, ni même une grossesse nerveuse, comme on l'entend souvent dire.
En fait, c'est purement hormonal et si la chienne ou la chatte n'a pas de portée dans sa vie, elle ne s'en porte pas plus mal, bien au contraire : même si ce n'est pas trop fréquent, certaines perdent la vie lors de la gestation ou de la mise bas.
Et sans aller jusque là, elles peuvent avoir un abcès des mamelles ou un autre problème médical, alors que si elles sont stérilisées suffisamment tôt (avant les premieres chaleurs), elles échappent au risque d'avoir une tumeur des mamelles par la suite.
Avoir une portée pour la santé ou le bien être de sa femelle est donc une mauvaise idée.

Avoir une portée dans l'espoir de se faire de l'argent, également : en effet, entre les frais vétérinaires et toutes ces petites gueules à nourrir, cela coûte au minimum 500 € pour une portée de 3 chiots... Mais la facture peut vite grimper à plus de 1000€ en cas de césarienne ! La facture sera moins élevée pour des chatons mais elle représentera un coût certain.

En outre, rien ne dit que vous arriverez à placer tous les petits à 2 mois..

Or il y a bien assez de petits malheureux dans les refuges sans qu'il faille en rajouter...


LA STERILISATION

La surpopulation des chats et des chiens est le souci majeur de la protection animale. Elle engendre tous les maux et les souffrances animalières : euthanasie d’un demi-million de chiots et de chatons chaque année, abandons, mauvais traitements, divagation et prolifération, maladies et mort, accidentelle par les voitures, les pesticides… ou provoquée, par piège, fusil, poison…

 

D’après les statistiques, les chats seraient environ 9,5 millions en France. Mais ce chiffre ne peut être qu’approximatif et ne tient pas compte de tous les sauvageons errant dans nos villes et nos campagnes, qui n’appartiennent à personne et ne sont pas tatoués.

 

Les chats sont donc appréciés plus que les chiens apparemment, parce que les maîtres étant de moins en moins présents et disponibles, ils préfèrent leur réputation d’animaux autonomes, « autonettoyants » (ils font méticuleusement leur toilette, sans l’aide d’un toiletteur coûteux), propres (il n’est pas besoin de les sortir plusieurs fois par jour par n’importe quel temps, une litière ou le jardin où ils camouflent leurs déjections leur suffisent) et facilement transportables. Les chats sont le symbole de la vie libre, naturelle ! Mais de façon corollaire, s’ils personnifient la nature, on ne veut pas altérer leur appareil de reproduction par la stérilisation.

Quand on aime les animaux, on ne souhaite pas leur malheur ! Or, en leur permettant de se multiplier inconsidérément, on suscite leur souffrance !

 

En effet, les chatons par exemple, indésirables de par leur nombre, implaçables dans des foyers, sont destinés soit à être tués, soit à être lâchés dehors pour devenir des chats libres ou errants, sauvages, en butte aux dangers mortels des maladies infectieuses (coryza, leucose, sida pour ne citer qu’elles !), des mauvaises rencontres (bagarres avec d’autres chats pour des revendications sexuelles ou territoriales, chiens tueurs de chats, cruauté de certains humains…). Puis, ils proliféreront à leur tour !

 

LA SOLUTION : LA STERILISATION OU LA CASTRATION

Nous garderons ici le terme généralisé de « stérilisation » pour désigner en fait la castration, c’est-à-dire l’ablation des ovaires pour les femelles et des testicules pour les mâles. Ce sont deux opérations banales pour les vétérinaires, interne avec une incision à l’abdomen de la femelle qui requiert des points de suture avec un pansement pendant quelques jours et externe pour le mâle qui n’aura même pas de pansement.

L’intervention est plus coûteuse pour les femelles et le coût varie selon les vétérinaires.

Si vous adoptez un chat ou une chatte dans un refuge ou auprès d’une association, il (ou elle) sera le plus souvent stérilisé(e). On vous demandera de faire pratiquer l’opération si vous choisissez un chaton, parfois en exigeant un chèque de caution garantissant ce geste de volonté de non-prolifération des chats.

 

EN FINIR AVEC LES FAUSSES IDEES RECUES

La stérilisation n’empêche pas le chat d’être bien dans sa tête et dans son corps. Il n’est pas frustré !

On dit qu’un chat opéré a tendance à prendre de l’embonpoint : il suffit de pratiquer l’opération précocement, de surveiller son alimentation et de lui faire faire de l’exercice, en jouant tout simplement.

Autre idée fausse : il ne faut aucunement attendre les premières chaleurs, encore moins une portée pour pratiquer la stérilisation. Au contraire, réalisée avant la puberté, celle-ci évite les risques de développement de cancers mammaires ou utérins.

 

LES BIENFAITS DE LA STERILISATION

Autre avantage, les maîtres n’ont plus à supporter les manifestations vocales bruyantes de leur chatte lors de ses chaleurs, très pénibles quand elles sont rapprochées (siamois par exemple).

La castration du mâle annule le risque du cancer des testicules.

Mais surtout, elle lui assure une plus importante longévité du fait que n’étant plus en quête de femelles, il limite ses déplacements, connaît moins d’accidents sur la voie publique; l’agressivité diminue considérablement et les blessures qui se transforment en abcès sont donc moindres aussi.

Enfin, le marquage urinaire est fortement atténué.

 

En conclusion, faites stériliser vos chattes et castrer vos chats ! Rappelez-vous que la contraception qui ne doit être qu’occasionnelle, n’est pas efficace à 100%, qu’elle est dangereuse pour votre chatte. En effet, elle lui fera absorber une importante quantité d’hormones pouvant conduire à des maladies très graves. Par ailleurs, elle est contraignante pour le maître. Préférez l’intervention chirurgicale, radicale et définitive.


UN EXEMPLE : LES CHATS DE LA FERME D’ARTENAY

Une trentaine de chats issus de croisements à répétition vivent dans cette cour de ferme. C’est un exemple de prolifération anarchique parce que personne n’a enrayé le phénomène, ni pris la responsabilité de le faire.

Bernadette SALLIER , la fermière, âgée de plus de 70 ans, a eu pitié de cette colonie de chats magnifiques mais sauvageons. Et c’est désormais avec l’aide des Amis des Chats du Loiret qu’elle s’en occupe quotidiennement.